Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2015

VOUS VAINCREZ, MAIS VOUS NE CONVAINCREZ PAS !

unamu.jpgUnamuno (de) Miguel : Le philosophe basque Miguel de Unamuno était recteur de l'Université de Salamanque quand éclata la rébellion militaire en juillet 1936.

D'abord favorable au mouvement phalangiste, l'opinion d'Unamuno évolua au cours des premiers mois. Il prit en horreur, selon ses propres termes, "le tour que prenait cette guerre civile, vraiment horrible, du fait d'une maladie mentale collective, une épidémie de folie, avec un fond pathologique".

Unamuno mourut le coeur brisé, le dernier jour de 1936.


Le 12 octobre 1936, "Jour de la Race", une cérémonie eut lieu dans le grand amphithéâtre de l'Université de Salamanque, en zone nationaliste.

Au fond de l'amphithéâtre, quelqu'un lança la devise de la Légion Etrangère : Viva la Muerte !

Tous les yeux étaient maintenant fixés sur Unamuno. Il déclara :
"Il y a des circonstances où se taire, c'est mentir. Car le silence peut être interprété comme un acquiescement".
"Je viens d'entendre un cri nécrophile et insensé : Vive la Mort ! Et moi, qui ai passé ma vie à façonner des paradoxes qui ont soulevé l'irritation de ceux qui ne les comprenaient pas, je dois vous dire en ma qualité d'expert, que ce paradoxe barbare est pour moi répugnant".
"Cette université est le temple de l'intelligence. Et je suis son grand prêtre. C'est vous qui profanez cette enceinte sacrée."

"Vous vaincrez parce que vous possédez plus de force brutale qu'il n'en faut. Mais vous ne convaincrez pas. Car, pour convaincre, il faudrait que vous ayez des arguments. Or, pour cela, il vous faudrait avoir ce qui vous manque : la Raison et le Droit avec vous."
Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

18/11/2014

Les vérités oubliées de la Révolution Espagnole

couverture_livre_jean_ortiz.jpg

Jean Ortiz, lui même fils de la République espagnole et de l’antifascisme nous offre avec cet ouvrage, qui bat en brèche les révisionnismes, manipulations et caricatures de toutes sortes, un regard clair et percutant sur l’histoire espagnole de 1931 à nos jours.

Écrasée par le soulèvement fascisant de juillet 1936, enfouie, oubliée, trahie pendant plus d’un demi-siècle, la République dont l’histoire officielle pensait se défaire est enfin de retour !

Non, la loi d’amnistie espagnole n’était pas la loi vertueuse ou cicatrisante tant attendue. Établir une équivalence morale entre les vainqueurs et les vaincus de la guerre d’Espagne, c’est une autre façon de cracher sur les tombes !

Non, les Républicains n’étaient pas des « rebelles » : ils défendaient une Constitution approuvée et un gouvernement légal.

Afin de justice plutôt que de revanchisme, il était devenu indispensable de tout reprendre à son commencement. Et de le raconter avec la fameuse sévérité des faits : l’anarchisme, la Commune asturienne de 1934, les véritables relations entre Staline et la République, les conflits inter-républicains, la non-intervention française, la politique de réconciliation nationale du PCE, l’anti-franquisme, les fosses communes, les « enfants volés », puis les travaux du juge Garzon, puis les « Indignés », etc.

L'auteur :

La victoire des franquistes oblige son père, combattant républicain, puis guérillero (résistant) en France, à vivre un exil toujours recommencé.

« Manchega », la famille a payé un lourd tribut à la défense de la République : sept fusillés.

Homme de passion, Jean Ortiz conjugue, depuis quarante ans, engagement dans le combat de mémoire et honnêteté du travail historique. Il a consacré plusieurs ouvrages aux Républicains et antifascistes espagnols (aux éditions Atlantica) : Mi guerra civil (2005), Rouges : maquis de France et d’Espagne. Guérilleros en Béarn (2007), Che plus que jamais (2007), Guérilleros et mineurs (2011), De Madrid à Valparaiso. Neruda et le Winnipeg (2011).  

Eugénie Barbezat   : http://www.humanite.fr

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

12:05 Publié dans Espagne, Guerre, Guerre d'Espagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean ortiz, guerre d'espagne | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook |

08/11/2014

La Bataille de Madrid, lutte contre l'oubli

espagnemadrid.jpg

78 ans avant la bataille de Madrid, des secteurs républicains espagnols continuent de regarder le passage avec un mélange de vénération du point de vue historique adressée aux soldats tombés et la motivation pour demander une reconnaissance qui n'arrive encore.

Alors que des milliers de symboles de la période de la dictature de Francisco Franco (1936-1975) restent visibles,  on estime que des milliers de morts républicains sont encore enterrés dans les tombeaux collectifs.

Le  recensement du juge de l'audience nationale Baltasar Garzón, a été chiffré en 114 mille 266 fusillés, disparus et enterrés dans des fosses communes, même si d'autres historiens estiment que le nombre des victimes pourrait dépasser les 130 mille.

Face à l’asymétrie historique régnante, des faits comme la bataille de Madrid manquent toujours de reconnaissance officielle.

Après le coup d’État de Franco, Madrid est resté sous la domination de la 2ème République espagnole en devenant l'objet des putschistes appuyés par des troupes de l'Allemagne nazie.

Durant la défense de la capitale espagnole la 11ème brigade internationale a été composée par des volontaires de 54 pays se ralliant aux Républicains espagnols dans la tentative de mettre un frein au fascisme.

A cette bataille se sont ralliés des Latino-américains comportant la Brigade  internationale et ont combattu à Madrid  aussi bien que dans d'autres régions du pays.

Quelques historiens estiment en deux mille 500 le nombre de latino-américains soutenant  les républicains lors de la Guerre civile, dont mille 412 Cubains, 650 Argentins et 40 Brésiliens, outre les Mexicains, les habitants d'Amérique centrale et des Caraïbes.

Theo Franco, un Français participant à la Bataille de Madrid, a raconté l'expérience de la première action de guerre à laquelle il a pris part.

«C'était un combat  terrible, ...Je crois que ceci ressemblait à ce qui a dû être Stalingrad. En outre, les  avions allemands de la Légion Cóndor nous écrasaient avec leurs bombes, alors que les troupes du général Juan) Yagüe nous attaquaient par terre».

.Expression du déséquilibre historique vécu en Espagne, ce n'était  qu'à  la pression populaire d'empêcher en mars à Burgos l'ouverture d'une exposition dédiée au général Yagüe, baptisé «le boucher de Badajoz». Et cela en raison de la répression dechaînée suite à la prise par ses troupes de cette ville d'Extremadura faisant environ quatre mille victimes.

Dans une tentative de remplir le vide, on a diffusé récemment l'apparition d'une application  pour téléphones portables nommée «La bataille de Madrid», lancée par  David Pallol, permettant de connaître la défense de la capitale en novembre 1936.

La ville de Madrid a été massacrée pendant trente mois dans la Guerre civile par les franquistes et a résisté avec la volonté de ses habitants, mais les Madrilènes ne le savent presque pas. Le 2 mai on commémore la résistance face aux Français, mais on oublie  que  la ville a résisté l'avancement des troupes fascistes, a affirmé le quotidien public Pallol, dont l'initiative s'ajoute à la tentative d'empêcher que l'oubli  s'empare  définitivement d' une geste historique espagnole.

*Correspondant de Prensa Latina en Espagne, par Miguel Lozano

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

19:03 Publié dans Espagne, Guerre, Guerre d'Espagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madrid, guerre d'espagne | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook |