Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

1917, une histoire soviétique

russie.jpg

Jean-Paul Piérot, l'Humanité

En 1919, les troupes cosaques des Blancs lors de la guerre civile, en Sibérie. Bettman Archives/Getty Images

.Le centenaire de la révolution d’Octobre est l’occasion d’une riche production éditoriale. Parmi les nombreux ouvrages, ceux des deux historiens Marc Ferro et Jean-Jacques Marie.

Les Russes. L’esprit d’un peuple, éditions Tallandier, 222 pages, 19,90 euros. La Guerre des Russes blancs. 1917-1920 de Marc Ferro. de Jean-Jacques Marie. éditions Tallandier, 528 pages, 24,90 euros

L’histoire est une matière à risques. Marc Ferro ressuscite des souvenirs de jeunesse, lorsqu’il préparait, en URSS, sa thèse de doctorat au début des années 1960. Le livre, écrit à la première personne, fourmille d’anecdotes qui traduisent l’esprit d’une époque, une ambiance politique, la vie quotidienne. Le temps est alors à l’espoir : la dénonciation en 1956 par Nikita Khrouchtchev du culte de la personnalité de Staline, les premiers pas de la détente, la consommation participent de la confiance qu’incarne Youri Gagarine, héros de la conquête spatiale. Les zones d’ombre maintenues sur certaines pages du passé ne sont pas une spécialité soviétique – l’histoire du colonialisme français ne manque pas d’exemples, de Sétif à Madagascar – mais à Moscou, on continue de gommer des photos les personnages « négatifs ». Khrouchtchev lui-même n’y échappera pas.

En 1991, l’URSS s’effondre dans une quasi-indifférence de la population

Marc Ferro aborde le débat sur les deux révolutions de 1917, celle de février, qui entraîne la chute du tsar, et celle d’octobre, qui consacre l’accession du parti bolchevik au pouvoir. « La haine de l’autocratie, explique Marc Ferro, la misère du plus grand nombre constituaient un mélange explosif. » Privés de terres, sortis depuis un demi-siècle du servage, les paysans commencèrent à se saisir des propriétés. Dans l’armée, les galonnés qui envoyaient les soldats à la mort voulaient perpétuer l’ancien ordre. Lénine fut l’un des seuls dirigeants à « encourager la violence venue d’en bas » pour que « la dissolution de l’ancienne société s’accomplisse », ajoute l’historien. « À force de s’interroger sur la filiation entre Lénine et Staline, on a fini par ne plus prendre en considération l’appartenance de tous ces théoriciens à un courant plus large, qui entendait substituer l’État savant à l’État-nation ou à l’État de droit », estime Marc Ferro.

Quand bien des années plus tard, en 1985, Mikhaïl Gorbatchev lance le chantier de la perestroïka, a-t-il en vue de faire une « révolution sous la table » car l’opinion en savait encore moins qu’elle en savait auparavant sur les plans du régime soviétique ? La suite est connue : en 1991, l’URSS s’effondre dans une quasi-indifférence de la population. Le nouvel homme fort du Kremlin, Boris Eltsine, se soumet entièrement aux néolibéraux. Libération des prix, spoliation de l’épargne, hyperinflation ont paupérisé l’ensemble de la population. Une totale humiliation. Il n’y a pas d’autres explications à l’adhésion quelques années plus tard au discours nationaliste et autoritaire de Vladimir Poutine.

Mais revenons à l’automne 1917, quand le tout jeune gouvernement bolchevique est confronté à la guerre intérieure déclenchée par les généraux monarchistes déterminés à restaurer l’ordre ancien. Les conjurés – les Dénikine, Koltchak, Wrangel parmi les plus célèbres – sont appuyés par les forces occidentales d’intervention de l’Entente. Les alliés sont convaincus qu’un danger les menace, qui ne viendrait pas de l’extérieur, mais de l’intérieur de leurs propres pays, sous la forme d’une révolution sociale. S’ensuivront trois années effroyables pour les peuples de l’ex-empire des Romanov. La Sainte Alliance antibolchevik échouera à écraser la révolution. Le livre de Jean-Jacques Marie déroule un récit passionnant sur cette période trop méconnue de l’histoire de l’Union soviétique.

Cette tentative de restauration, qui sera plus tard le thème de l’épopée romanesque le Don paisible, de l’écrivain soviétique Mikhaïl Cholokhov, part du sud de la Russie. Les Cosaques forment le fer de lance de cette « armée des volontaires » mise sur pied par un triumvirat comprenant les généraux Kornilov, qui a déjà ourdi une tentative de putsch contre le gouvernement provisoire, Alexeïev et Dénikine.

La férocité de la guerre civile, explique Jean-Jacques Marie, a de multiples causes. La Première Guerre mondiale, en envoyant des millions d’hommes au carnage, a enlevé tout prix à la vie humaine. « Elle a accumulé dans le cœur des victimes une haine profonde pour ceux qui en étaient à leurs yeux les coupables. » Les ouvriers paysans et soldats exècrent les « bourgeois » ; les soldats paysans détestent les officiers qu’ils assimilent aux propriétaires. Le mépris des représentants de l’ancien régime vaincu vis-à-vis du peuple est immense. Pourquoi les Blancs ont-ils perdu ? L’auteur pointe l’absence de réponses aux aspirations sociales. Les chefs Blancs, souligne Jean-Jacques Marie, ne voient les bolcheviks que comme des meneurs, d’une « populace » méprisée et jamais n’évoquent les mesures prises par leurs adversaires : la socialisation de la terre, le droit de vote pour les femmes, la constitution d’une banque centrale, les nationalisations, l’interdiction du travail de nuit dans l’industrie pour les femmes et les jeunes de moins de 16 ans, l’annulation de la dette

18:47 Publié dans Livre, Révolution | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, révolution, histoire, 1917 | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook |

28/03/2017

MIGUEL HERNANDEZ, LE POETE OUBLIE

Hernandez.jpg

Miguel Hernández Gilabert (30 octobre 1910 à Orihuela, province d'Alicante – 28 mars 1942 à Alicante) est l'un des plus grands poètes et dramaturges espagnols du XXe siècle.

Poète espagnol appartenant à la génération dite de 1936, Miguel Hernández, chevrier de son état jusqu'à l'âge d'homme, fut d'abord un autodidacte passionné de littérature et surtout de poésie. Ébloui par les formes les plus hermétiques de la poésie espagnole, et notamment par l'œuvre de Góngora, il se forgea un langage personnel à travers imitations et fréquentations, et parvint à la création métaphorique véritable, pure transposition d'une vie quotidienne violemment charnelle, où s'affrontent douleur et joie, amour et solitude, espoir et désespoir.

Il combattit, les armes à la main, dans les rangs de l'armée républicaine, et sa poésie est étroitement liée à cet engagement qui le conduisit à l'emprisonnement, puis à la mort. Essentiellement attaché à la terre dont il pétrit littéralement chacune de ses images, Miguel Hernández est un poète venu du peuple qui écrit pour le seul peuple, mais avec la rigueur du grand artiste pour qui le langage est l'objet d'une quête perpétuelle.

Si je naquis de la terre,
Si je suis né d'un ventre humain
malheureux et pauvre,
ce ne fut que pour devenir
le rossignol des malheurs...
I - Du chevrier au poète+ SUR INTERNET


M.Hernandez.jpgMiguel Hernández naît le 10 octobre 1910 à Orihuela (province d'Alicante), d'une famille de pauvres chevriers. Il fréquente le collège entre neuf et treize ans et demi, puis devient berger à son tour, sans cesser pour autant de se nourrir de poésie espagnole (saint Jean de la Croix, Garcilaso, Góngora, Antonio Machado...) ou française (Verlaine, Paul Valéry...). Miguel commence à écrire des poèmes vers l'âge de seize ans.

Il imite ses grands prédécesseurs (1928-1933) et participe à des cercles poétiques, notamment avec les frères Sijé, jeunes catholiques épris de littérature moderne et soucieux de lutter contre le conformisme et l'étouffement de la vie provinciale. Miguel découvre l'œuvre de Rafael Alberti et celle de Federico García Lorca. Il chante essentiellement les paysages de son terroir dans un langage fortement teinté de gongorisme.

Poussé par le désir de devenir poète à part entière, Miguel Hernández gagne Madrid (1931). Il y a froid et faim et rentre déçu à Orihuela. Il compose alors son premier recueil, qui paraît à Murcie en 1933 : Expert en lunes (Perito en lunas). La critique se montre sévère pour ce livre écrit en hendécasyllabes, où transparaît, à travers le néo-gongorisme des métaphores savantes et subtiles, l'originalité d'un lyrique en quête d'une écriture plus brève, plus synthétique, qui ne sacrifierait en rien l'épaisseur du vécu quotidien.

En 1934, Miguel publie dans Cruz y Ruya une pièce de théâtre : Qui t'a vu et qui te voit et ombre de ce que tu es (Quien te ha visto y quien te ve y sombra de lo que eres). Cet auto-sacramental, empreint de la marque de Calderón, évoque la perte de la grâce par l'homme puis la rédemption par l'Eucharistie. Le poète a su donner relief aux paysages et prêter chair aux allégories. L'écriture dramatique entraîne un approfondissement de la quête intérieure du Moi. Après cette œuvre, Miguel Hernández s'éloigne de la foi et abandonne le contenu théologique de ses symboles, cela malgré sa participation à la revue de Ramón Sijé, El Gallo crisis (1934-1935).II - Madrid. « Éclair qui n'a de cesse »+ SUR INTERNET


C'est en 1933 que Miguel rencontre le grand amour de sa vie, Josefina Manresa, couturière, fille d'un garde civil. En mars 1934 il retourne à Madrid où il travaille à l'encyclopédie taurine de José María de Cossío. Il devient l'ami de Pablo Neruda et de García Lorca, et de plusieurs autres écrivains célèbres. Le séjour madrilène, décisif sur le plan poétique, est marqué de déchirements et de remises en question. À la suite de difficultés financières, Miguel rentre à Orihuela. En février 1936 paraît Éclair qui n'a de cesse (El Rayo que no cesa). Ce recueil, qui est le fruit d'une longue gestation, chante un amour sensuel et douloureux, à travers des images somptueuses, qui, partant de l'éclair initial, abordent tous les aspects de la matière. L'élégance, le raffinement des sonnets n'entravent point la sourde et violente tension lyrique :

Comme le taureau je suis né pour le deuil
et la douleur, comme le taureau je suis marqué
par un feu infernal au côté,
et comme mâle à l'aine par un fruit.
(XXXIII)
Le poète se définit comme terre,

Je m'appelle Miguel mais je m'appelle argile.
Argile est ma profession et ma destinée
qui de sa langue tache tout ce qu'elle lèche...
(XV)
ultime image de l'amour auquel il se voue totalement.III - La guerre+ SUR INTERNET


Dès 1936 Miguel Hernández s'engage comme volontaire dans l'armée républicaine. Il épouse civilement Josefina Manresa, et voyage en U.R.S.S. (1937). Un livre naît de la guerre : Vent du peuple (Viento del pueblo, 1937), qui exprime les rêves et les espoirs du poète soldat, au nom d'un peuple qui a refusé l'asservissement,

Jamais les bœufs n'ont fait souche
dans les plaines d'Espagne...
mais qui est décimé par la lutte fratricide,

Sang, sang sur les arbres et les pavés,
sang sur les eaux, sang sur les murs
et crainte que l'Espagne s'écroule
sous le poids du sang qui suinte en ses trames
jusqu'à mouiller le pain qui se mange.
Miguel écrit plusieurs œuvres pour le théâtre, entre autres Le Laboureur de plus grand air (El Labrador de más aire, 1937). Son premier fils meurt en 1937. Dans L'Homme aux aguets (El Hombre acecha, 1939), qu'il dédie à Neruda, il s'identifie à tous les amputés, à toutes les victimes, puis il interpelle les poètes, proclamant son indéfectible espoir en une fonction militante de la poésie.

Un homme attend au fond d'un puits irrémédiable,
tendu, troublé, l'oreille au guet.
Un peuple a crié liberté ! le ciel s'envole.
Et les prisons s'envolent.
IV - L'emprisonnement : 1939+ SUR INTERNET


En route vers le Portugal, Miguel Hernández est arrêté par la police de ce pays et remis entre les mains de la garde civile espagnole. Libéré à la suite de plusieurs interventions, il se rend à Orihuela, mais il est de nouveau arrêté, puis transféré à Madrid. Condamné à mort à l'issue d'un procès sommaire (1940), il voit sa peine commuée en trente années d'emprisonnement. Entre 1938 et 1940 il écrit Cancionero et romancero d'absences (Cancionero y romancero de ausencias, 1958), où il dit la douleur de la solitude, dans de brefs poèmes en vers courts, avec fort peu d'images et d'adjectifs, suivant des rythmes populaires qui créent une grande tension dramatique.

Que veut-il donc encor le vent
chaque fois, oui, plus irrité ? Nous séparer.


Miguel Hernández est transféré de Palencia à Ocaña puis à Alicante. Les conditions déplorables de l'internement ont raison de sa santé. Le poète meurt de tuberculose pulmonaire le 28 mars 1942. Parmi les poèmes écrits en prison se trouvent la fameuse Berceuse de l'oignon (Nanas de la cebolla, 1939) écrite pour son deuxième fils, né en 1939,

L'oignon est un givre
dur et pauvre.
Givre de tes jours
et de mes nuits.
Faim et oignon
froid noir et givre
immense et rond...
et la Casida de l'assoiffé (Casida del sediento, mai 1941) :

Je suis le sable du
désert : désert de soif.
Ta bouche est l'oasis
où je ne dois pas boire.
[...]
Corps : ô puits interdit
à celui que la soif et le soleil ont calciné.
Poète singulier de par sa formation face à une génération nourrie dès l'enfance de la plus haute culture, Miguel Hernández traduit dans un langage universel les événements d'un destin personnel ; il communique aux métaphores les plus audacieuses la saveur immédiate des choses quotidiennes. Explorant les mêmes mots, pain, vent, terre, prison, il redécouvre et réinvente d'autres sens, selon une démarche ascétique qui le conduit à la nudité et à la transparence :

Seulement l'ombre. Sans astre. Sans ciel.
Êtres. Volumes. Corps qu'on peut toucher
à l'intérieur de l'air qui ne peut s'envoler
dans l'intérieur de l'arbre aux choses impossibles.


Marie-Claire ZIMMERMANN, Universalis

19/02/2017

LA NAISSANCE DE LA DEUXIEME REPUBLIQUE

2 ème république.jpg

Révolution française de 1848

Le Peuple aux Tuileries, 24 février 1848

Nom donné au mouvement révolutionnaire de février 1848, qui substitua la IIe République à la monarchie de Juillet et prit fin le 26 juin 1848 avec l'écrasement des forces révolutionnnaires. Née dans un contexte de crise économique (1845-1847), cette révolution, s'insère dans un mouvement européen : les révolutions européennes de 1848.

1. La révolution de février

1.1. Fin de la monarchie de Juillet

Campagne des banquets

La fin de la monarchie de Juillet est marquée par un vaste mouvement favorable à une réforme électorale qui élargirait le pays légal et empêcherait la corruption des députés. À un moment où on s'enthousiasme pour l'Histoire de la Révolution (→ Michelet, Louis Blanc) ou l'Histoire des Girondins (Lamartine), les réformistes, muselés sur le plan légal, s'expriment dans de très nombreuses sociétés secrètes (→ Société des saisons, Travailleurs égalitaires) et détournent l'interdiction du droit de réunion en organisant, dans plusieurs villes, des banquets (campagne des banquets) qui réunissent des milliers de personnes.

Renvoi de Guizot et abdication de Louis-Philippe

Un de ces banquets, prévu à Paris le 22 février 1848, est interdit, mais les républicains invitent le peuple à manifester. Le 22, la troupe rétablit l'ordre, mais, le 23, le ralliement de la Garde nationale à la manifestation en faveur de la réforme provoque le renvoi de Guizot. Ce geste du roi ne suffit pas à faire cesser toute manifestation, et une fusillade boulevard des Capucines fait 52 morts et soulève Paris. Le 24 février, Louis-Philippe fait appel à Thiers, puis abdique.

1.2. Formation du gouvernement provisoire

La tentative de faire proclamer roi son petit-fils, le comte de Paris âgé de neuf ans, échoue. Un gouvernement provisoire est formé avec les républicains modérés du journal le National : Lamartine et Ledru-Rollin détiennent respectivement les deux ministères clés des Affaires étrangères et de l'Intérieur ; les avocats Marie et Crémieux se voient attribuer respectivement les Travaux publics et la Justice ; le physicien Arago est nommé à la Marine, le négociant Garnier-Pagès aux Finances. Dupont de l'Eure devient président honorifique du Conseil, tandis qu'Armand Marrast, le rédacteur en chef du National, privé de ministère, sera nommé à la mairie de Paris.

De tendance plus revendicative, les représentants du mouvement ouvrier proches du journal la Réforme Louis Blanc, l'ouvrier Albert et Flocon, le directeur du journal, sont imposés par la foule parisienne mais n'obtiennent aucun ministère.

2. L'œuvre du gouvernement provisoire

2.1. Réformes sociales et libertés politiques

Ce gouvernement proclame la république (25 février), le droit au travail, crée pour les chômeurs des ateliers nationaux, institue la Commission du gouvernement pour les travailleurs (ou Commission du Luxembourg) présidée par Louis Blanc.

Il ouvre la Garde nationale à tous, supprime la peine de mort en matière politique (26 février) et l'esclavage dans les colonies françaises (27 avril) grâce à la persuasion de Victor Schœlcher, sous-secrétaire d'État à la Marine.

Il rétablit la liberté de réunion et la liberté de presse. Mais, principale innovation de la IIe République, il instaure le suffrage universel (pour les hommes de plus de 21 ans).

2.2. Mécontentement et agitation

Le gouvernement provisoire convoque les électeurs pour élire, le 9 avril, une Assemblée constituante. Mais la révolution accroît les difficultés économiques : augmentation des charges de l'État, fuite des capitaux, qui provoque une crise bancaire, chute de la rente. Pour rétablir la situation, Garnier-Pagès, ministre des Finances, adopte des mesures impopulaires, en particulier l'accroissement de l'impôt de 45 centimes par franc. Le mécontentement et l'agitation politique persistent. Par la manifestation ouvrière du 17 mars, les groupes d'extrême gauche obtiennent le report des élections au 23 avril, mais une nouvelle manifestation, le 16 avril, ne fait pas fléchir le gouvernement et les modérés, dominés par la peur du socialisme.

2.3. Vers la Commission exécutive

Les élections des 23 et 24 avril amènent à la Chambre une majorité modérée. Le gouvernement provisoire est remplacé le 10 mai par une Commission exécutive (Arago, Garnier-Pagès, Marie, Lamartine, Ledru-Rollin, seul radical à ne pas être exclu), et les troubles de province (Rouen, Limoges) sont réprimés.

3. L'écrasement de la République sociale

3.1. La journée du 15 mai

À la suite de la manifestation parisienne en faveur de l'indépendance polonaise (15 mai), menée par la gauche, hostile à l'exclusion des socialistes du pouvoir, le mouvement révolutionnaire est brisé : la Commission du Luxembourg est supprimée, tous les clubs d'extrême gauche fermés ; l'ouvrier Albert, Raspail, Blanqui, Barbès sont arrêtés.

3.2. Les journées de juin

La dissolution des ateliers nationaux

Un décret du 21 juin prononce la dissolution de fait des ateliers nationaux, obligeant les ouvriers de moins de 25 ans à s'engager dans l'armée et les autres à gagner la province, faute de quoi ils ne seront plus soldés.

Après le refus de Marie de recevoir une délégation conduite par Pujol, l'agitation ouvrière commence alors et culmine le 23 dans un élan spontané, sans aucune véritable direction politique.

La répression de l'insurrection parisienne par Cavaignac

Incendie_du_Château_deau_place_du_Palais-Royal_en_février_1848.jpgLe 24 juin, la Commission exécutive confie les pleins pouvoirs au général Cavaignac, ministre de la Guerre, afin de mettre en échec les insurgés qui dressent des barricades dans toute la capitale. Dès le 24 au soir, la révolte ouvrière est contenue : l'Hôtel de Ville n'a pas été pris par les insurgés et les troupes enlèvent le Panthéon. Le 25 au matin, les barricades sont prises d'assaut au cours de combats sanglants où Mgr Affre, l'archevêque de Paris, est tué au cours d'une tentative de conciliation faubourg Saint-Antoine. Les derniers combats se déroulent le 26.

Ces journées ont coûté la vie de 1 600 hommes du côté de l'armée et de 4 000 du côté des insurgés. La répression sera très dure : environ 15 000 hommes seront arrêtés et 4 300 déportés en Algérie.

La victoire des conservateurs

Influencé par le « comité de la rue de Poitiers » – des conservateurs de tous bords (→ Thiers, Rémusat, Berryer, Falloux et Montalembert) réunis dans l'amphithéâtre de l'Académie de médecine, rue de Poitiers – qui donnera naissance au parti de l'Ordre, Cavaignac prend des mesures de réaction : lois sur la presse rétablissant momentanément un cautionnement, loi sur les clubs, astreints à une déclaration deux jours avant leur ouverture.

Après la promulgation de la Constitution, en novembre, les conservateurs consolident leur position : d'abord avec l'élection au suffrage universel de Louis Napoléon Bonaparte, comme président de la République (10 décembre), puis par leur succès aux législatives (13 mai 1849). Le parti de l'Ordre obtient deux tiers des sièges, alors que les républicains modérés n'ont que 80 députés, deux fois moins que les républicains avancés, la Montagne, qui disposent de 180 sièges.


En savoir plus sur http://www.larousse.fr

20:31 Publié dans Révolution | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : révolution 1848, 2 ème république | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook |